[Le Nouveau Détective] Affaire Kulik : l’ADN, superhéros des enquêtes criminelles

L’ADN, acteur majeur des enquêtes criminelles : En trois affaires, panorama d’une avancée technique aujourd’hui capitale.

Nanterre : trahi 14 ans après un meurtre pour un rasoir volé

Un jour d’avril 1988. Le corps du gardien d’une résidence pour personnes âgées est retrouvé, tué à l’arme blanche. Des objets ont disparu : une chaîne hi-fi, quelques espèces. Un autres est apparu sur la scène de crime : un sac à dos, contenant des affaires de toilettes. Des prélèvements d’ADN sont effectués, et rentrés pour comparaison dans les fichiers. Mais aucun individu fiché ne correspond.
Courant 2011, les policiers de la brigade criminelle décident de tenter de nouvelles expertises. Dans le sac à dos retrouvé sur la scène de crime, un rasoir usagé, et donc des cellules de peau humaine. Entrée dans le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (le FNAEG), elles guident les enquêteurs vers un sans domicile fixe de 41 ans. En garde à vue, celui-ci explique s’être fait voler son sac à dos en 1988, peu de temps après le meurtre du gardien, par un garçon de 17 ans. Aux enquêteurs, il donne le prénom de l’adolescent chapardeur, précise qu’il avait volé une voiture à l’un de ses amis.
C’est cette ficelle que les policiers tirent, jusqu’à retrouver leur homme en février dernier, âgé aujourd’hui de 31 ans, domicilié dans les Hauts-de-Seine. Et après comparaison avec son ADN, une chose est sûre : il est passé sur la scène de crime. En garde à vue, il avouera, expliquant avoir agi en légitime défense lors d’une bagarre. Il n’était jusque là connu que pour de menues infractions.

Péronne : Le violeur d’Elodie Kulik retrouvé par l’ADN de son père

12 janvier 2002, à Tertry, dans la Somme. Un terrain vague, une voiture accidentée, un corps partiellement calciné. Celui d’Elodie Kulik, 24 ans, une jeune femme directrice d’une agence bancaire à Péronne. Elle a été violée, étranglée, brûlée.
Aux alentours, les gendarmes de la Section de Recherches de la Somme trouvent un préservatif usagé. Un mégot, un chiffon, et une trace d’ADN sur une chaussette de la jeune femme. L’échantillon prélevé dans le préservatif est le plus prometteur, et pourtant. Durant 10 ans, il ne donne rien : aucun profil génétique ne colle dans le FNAEG. Les gendarmes interrogent des milliers de personnes, prélèvent plus de 5000 échantillons d’ADN de personnes susceptibles de se trouver dans les environs le soir de la disparition d’Elodie Kulik. Rien.
Alors ils tentent autre chose. Aux ministères de la Justice et de l’Intérieur, ils demandent l’autorisation de procéder à des comparaisons non pas parfaites, mais ressemblantes, c’est-à-dire qu’ils ne cherchent plus à faire coller les éléments de la scène de crime à un individu qui ne figure pas au FNAEG, mais à trouver des profils génétiques proches, en raison d’un lien familial quelconque.
C’est ainsi qu’ils remontent jusqu’à Grégory Wiart. Un jeune chauffagiste né en 1979 et mort en 2003, peu de temps après la mort d’Elodie Kulik, dans un accident de voiture. Si lui n’a pas eu le temps ou l’occasion d’apparaitre au FNAEG pour d’autres faits, son père, lui, est emprisonné pour des agressions sexuelles. Il est donc fiché. Et ces recherches « par parentalité » résolvent un mystère vieux de 10 ans. En tout cas, justifient l’exhumation des restes du jeune homme pour confirmer cette thèse. Ce qui sera fait dans les semaines suivantes. Avant cette découverte et malgré le travail acharné des gendarmes, jamais le nom de Grégory Wiart n’était apparu dans l’enquête…
Une enquête bouclée ? Non. Car si Grégory Wiart a été formellement identifié, figure au dossier une autre pièce décisive : la bande de l’appel qu’Elodie Kulik a passé au 17. Une bande sur laquelle, en plus de celle d’Elodie, les enquêteurs distinguent plusieurs voix d’homme. Le plombier n’était donc pas seul… Reste à retrouver ses complices d’un temps ancien.

Paris : L’ADN du violeur extrait 22 ans après

Il a semé la terreur chez les femmes parisiennes et franciliennes. Pour trois viols, commis le 23 et le 28 décembre. Des blessures au couteau chez deux de ces femmes, dont l’une avait quinze ans. Des vols. Puis plus rien. Des témoignages avaient donné aux enquêteurs de la PJ parisienne, après diffusion d’une photo extraite d’une vidéosurveillance d’un distributeur d’espèces, une idée de l’identité du « violeur en série parisien ». L’enquête laissait penser qu’il avait pu fuir en Belgique, où il avait de la famille.
Mais ces pistes restaient au conditionnel tant que l’homme n’aurait pas été formellement reconnu par ses victimes. Tant aussi que son ADN n’aurait été comparé aux traces prélevées sur ses victimes. En fouillant le passé de leur suspect, les policiers apprennent qu’il a été mis en cause il y a 22 ans. Ne restent de cet épisode judiciaire aucun scellé qui permettrait de contenir son ADN. Seul un morceau de carton, appelé « fiche décadactylaire » qui comporte les empreintes digitales de ses dix doigts, laisse un espoir aux enquêteurs. Car il est possible, ainsi que l’ont prouvé les experts des laboratoires, de prélever 22 ans après, un ADN sur un carton touché par un suspect, qui n’a donc laissé que très peu de cellules.
Une fois la comparaison faite, un mandat d’arrêt international est lancé. Son identité et ses empreintes digitales sont fournies aux polices européennes. La Belgique retrouvera finalement cet homme de 40 ans… en prison, et sous une autre identité.

(francesoir.fr)

This entry was posted in ADN, Fichage and tagged , . Bookmark the permalink.

3 Responses to [Le Nouveau Détective] Affaire Kulik : l’ADN, superhéros des enquêtes criminelles

  1. Hello everybody! I want to ensure you are coming. Reach the Affiliate Circuit Convention this week and find me to speak organization or just straight marketing. I’m flying per day early.

    Don’t ignore Jareds and Mitchells discussions. And come to the Badgerball – I’m planning to be there! You might even see me doing some DJing ;)

    Thanks to all the affiliate marketing convention and Affiliate Marketing sponsors and I hope to see you there!

  2. As a DigitalPoint associate, we focus on the top Search Engine Optimisation for our clients. Everyone seeking considerable SEO in Miami, contact us right away. Online marketing features website style, name administration, transformation price seo, branding, social media marketing and SEO. Let’s get started. Our company expertise is in hallmark policy, technological composing, obvious procedure, and corporate law. But that’s not absolutely all we do.

    Visit us: Miami SEO

  3. As we cater to the most effective Search Engine Optimization for our clients, a DigitalPoint associate. Anybody seeking considerable Search Engine Optimization in Miami, contact us straight away. On-line marketing features transformation charge optimization, site style, name management, advertising, social websites marketing and SEO. Let’s get started. Our enterprise encounter is in complex publishing, corporate regulation, obvious process, and hallmark coverage. But that’s not absolutely all we do.

    Visit us: Miami Website Design

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.