[Nano-médecine : ou comment faire passer la pillule] Vers un diagnostic plus précoce avec la nanotechnologie

Les chercheurs travaillent à des « nanodétecteurs » trèssensiblesEspoirs de détection plus précoce de tumeurs, de maladiesL’industrie pharmaceutique va devoir s’adapter.

Les nanotechnologies pourraient « changer la donne » en matière médicale en anticipant le diagnostic des maladies et contraindre l’industrie pharmaceutique à évoluer en profondeur, estiment des chercheurs spécialisés dans l’infiniment petit.
Réunis cette semaine à Toulouse pour la 38e conférence Micro Nano Engineering (MNE), les scientifiques disent s’attendre à ce que les « nano-structures » permettent à l’avenir de détecter plus tôt les dysfonctionnements du corps humain grâce à la forte sensibilité que leur procure leur taille.
Ces objets d’une longueur un milliard de fois plus petite que le mètre pourraient également bouleverser la neurologie, via des nanoprothèses pour réparer les neurones, ou modifier le mode d’administration des médicaments en servant de véhicule aux molécules pour une action plus ciblée, par exemple sur une tumeur.
« Les nanotechnologies vont complètement changer la donne par rapport à la façon de faire du médecin », estime Christophe Vieu, professeur à l’Institut national des sciences appliquées (Insa) de Toulouse et chercheur au laboratoire LAAS-CNRS.
Pour le scientifique toulousain, qui préside l’édition 2012 de la conférence MNE, les nanotechnologies appliquées à la médecine sont « la piste la plus prometteuse » pour améliorer le diagnostic précoce des maladies.
« Il s’agit de faire des dispositifs à l’échelle nanométrique qui sont extrêmement sensibles pour détecter des biomarqueurs, avec lesquels ils sont mis en contact de manière ex-vivo – via une prise de sang, de salive, voire même de sueur », explique-t-il.
« Ces dispositifs vont réagir avec un certain nombre de molécules dont un médecin est capable de dire: ‘Si je les détecte, cela signifie qu’il y a tel dysfonctionnement biologique’. L’idée, c’est que, comme ils sont petits, ils sont sensibles, donc on peut détecter ces dysfonctionnements, ces maladies de manière très précoce. »
DÉTECTER DES TUMEURS PRÉCOCES
Le recours aux nano-dispositifs devrait aussi avoir l’avantage de permettre aux personnels soignants de perdre moins de temps avec les analyses.
« Certes, la miniaturisation augmente la sensibilité, mais en plus il y a l’objectif d’avoir des analyses en temps réel », souligne de son côté Gérard BenAssayag, directeur de recherche au Centre d’élaboration de matériaux et d’études structurales (Cemes) du CNRS.
« On pourra faire des analyses directement chez le médecin, sans avoir un temps de latence très lourd entre la demande d’analyse et le retour des résultats. »
Au sein du LAAS, une piste de recherche est particulièrement étudiée: introduire les « nanodétecteurs » directement à l’intérieur du corps, c’est-à-dire in vivo.
« Ça permettrait de détecter beaucoup de choses ; potentiellement des tumeurs précoces », note Christophe Vieu.
« Avant que la tumeur soit visible à l’imagerie, c’est-à-dire à quelques millimètres en taille pour les imageries les plus performantes à l’heure actuelle, on pourrait déceler qu’une tumeur est en train de se construire grâce à la détection de biomarqueurs circulant dans le sang », poursuit-il, restant toutefois prudent quant au temps nécessaire pour développer cette technologie.
DISPOSITIFS TÉLÉCOMMUNICANTS
« C’est pour plus tard parce qu’il faut étudier la biocompatibilité et la toxicité, mais c’est clairement quelque chose qui est en piste. Evidemment, on a tous les moyens techniques pour rendre (les dispositifs) télécommunicants: même si cette chose est à l’intérieur du corps elle pourra très bien envoyer son diagnostic par les ondes vers le médecin ou vers le patient lui-même. »
Avec un diagnostic plus précoce et une prise en charge rapide des patients, les nanotechnologies pourraient modifier en profondeur le modèle économique de l’industrie pharmaceutique, estime le chercheur.
Les grands laboratoires « savent que leur propre métier – ‘pendant 7 ans je paie très cher des chercheurs pour trouver la nouvelle molécule qui va le mieux traiter telle affection’ – a ses limites », fait-il valoir.
« Donc ils essaient de pas être absents de cette compétition là mais ce n’est pas vraiment leur coeur de métier. Qui va l’emporter entre les ‘big pharma’ et les start-up qui éclosent ? A un moment donné, il va se passer quelque chose d’un point de vue économique. »

(lesechos.fr)

This entry was posted in Biotechnologie, Nanotechnologie and tagged , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to [Nano-médecine : ou comment faire passer la pillule] Vers un diagnostic plus précoce avec la nanotechnologie

  1. Hey everyone else! I wish to ensure you are all coming. Arrive at the Affiliate Circuit Convention this week and find me to chat organization or simply straight marketing. I am traveling per day early.

    Do not forget about Mitchells and Jareds shares. And arrive at the Badgerball – I am likely to be there! You could even see me performing some DJing ;)

    Because of all the affiliate advertising conference and Affiliate Marketing Conference sponsors and I hope to see you there!

  2. As a DigitalPoint member, we focus on the most truly effective Search Engine Optimisation for our clients. Anyone trying to find serious Search Engine Optimization in Miami, contact us right away. Online marketing entails popularity administration, site layout, conversion charge optimization, advertising, social networking marketing and SEO. Let us get started. Our enterprise knowledge is in brand coverage, complex writing, evident treatment, and corporate legislation. But that’s not totally all we do.

    Visit us: Miami Website Design

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.