[Le biopouvoir qui vient]

Claude Guéant veut ficher tous les Français

Claude Guéant a réintroduit l’amendement permettant d’identifier une personne à partir de ses empreintes digitales grâce aux données stockées sur un fichier centralisé. 45 millions de personnes sont potentiellement concernées par ce fichier géant.

L’opposition entre le Sénat, à gauche, et l’Assemblée nationale, majoritairement à droite, sur le projet de loi relatif à la protection de l’identité se poursuit, alors que la commission mixte paritaire doit rendre publiques ses conclusions le mercredi 25 janvier 2012.

Le texte déposé par les sénateurs UMP Jean-René Lecerf et Michel Houel vise à instaurer une carte d’identité biométrique dotée de deux puces électroniques. La première « régalienne » comporterait des données relatives à l’identité de son titulaire. La seconde, facultative, serait dotée d’un certificat électronique pour identifier le consommateur lors de communications électroniques, notamment sur les services d’e-Administration.

Cette carte, toujours non obligatoire, serait en outre adossée à un fichier centralisé regroupant données biométriques et d’identité afin de permettre l’identification d’un individu. Ce fichier compterait « à terme 45 millions d’entrées, soit le plus grand fichier de France ! », indique le député PS de la 10e circonscription de Paris, Serge Blisko. Une base de données que le sénateur UMP François Pillet n’hésite pas à nommer « le fichier des honnêtes gens ».

Un fichier de 45 millions de personnes

Depuis le début de son examen en juin 2011, sénateurs et députés s’affrontent sur ce texte destiné à lutter contre l’usurpation d’identité, estimée à 200 000 cas par an. Le principal point d’achoppement entre les deux institutions parlementaires concerne l’article 5 du texte. Celui-ci établit le lien entre les données biométriques d’un individu et celles présentes sur la base centralisée de tous les Français. L’Assemblée nationale est favorable à un « lien fort » permettant de comparer les données d’une personne en particulier à l’ensemble des données des individus présents dans le fichier. Le Sénat, lui, prône « un lien faible » permettant de constater une usurpation d’identité sans pouvoir remonter à son auteur.

La commission mixte paritaire était parvenue à un consensus sur « le lien faible », mais Claude Guéant, ministre de l’Intérieur, en réintroduisant un amendement à l’Assemblée nationale, le 12 janvier dernier, a rétabli « le lien fort ». Les sénateurs et députés PS redoutent que ce fichier soit consulté par réquisition judiciaire. Une crainte partagée par la Cnil. La Commission nationale informatique et liberté a rappelé que ce fichier devait rester administratif, « et en aucun cas constituer un outil de police judiciaire à la disposition des services de police et de gendarmerie ».

Philippe Goujon, député UMP, balaie ces arguments. Lors des débats qui se sont tenus à l’Assemblée nationale, il a rappelé : « L’accès à la base se fera sur réquisition judiciaire limitée au cas par cas, sous le contrôle d’un magistrat et uniquement pour les enquêtes d’usurpation et d’identification de cadavre en cas de catastrophe [naturelle, NDLR]. »

Une argumentation mise en perspective par Serge Blisko : « La consultation du fichier est limitée à une liste d’infractions qui vont de l’usurpation de la pièce d’identité aux fausses plaques d’immatriculation en passant par la fourniture de fausses informations lors d’un contrôle dans les transports… On peut non seulement s’interroger sur la justification de ce dernier délit, mais aussi imaginer toutes les dérives futures. Il serait très facile d’assermenter les agents de la RATP par exemple pour leur permettre l’accès à ce fichier. On peut aussi imaginer que les motifs de consultation soient rapidement étendus à d’autres délits. »

Encadrer la consultation du fichier

Pour Me Eric Barbry du cabinet Bensoussan, le vrai enjeu de ce projet est de « savoir quelles données sont récoltées et comment l’Etat gérera ce fichier. Pourquoi pas mettre en place un système de traçabilité avec une commission d’enquête indépendante pour vérifier qui y a eu accès et à quelle fin ? » Et l’avocat spécialisé en nouvelles technologies de rappeler : « Si l’inquiétude liée à ce projet de loi est la traçabilité des individus, c’est un faux problème. Nos données de trafic, de connexions à Internet sont collectées et conservées un an par les FAI ; les opérateurs nous géolocalisent ; notre banquier sait quels achats nous avons effectués… »

La présence de la deuxième puce, certes facultative, sur la carte d’identité est un autre sujet d’inquiétude. « Des hackers pourraient s’y introduire, faire le lien entre les deux puces et dévoiler les déplacements privés ou achats des individus », estime Serge Blisko.

Le débat sur la protection d’identité est devenu politique. Contacté, le QG de campagne du candidat du PS à l’élection présidentielle, n’était pas en mesure de nous indiquer pourquoi le projet décrié par les sénateurs et députés du parti socialiste n’était pas un sujet de campagne pour François Hollande. Ni si ce dernier, s’il était élu à la tête de l’Etat, modifierait le texte qui devrait être voté le 1er février prochain.

(01net.com)

 

Une carte nationale d’identité biométrique à venir

Le texte mis au point par la commission mixte paritaire concernant la proposition de loi relative à la protection de l’identité a été adopté par l’Assemblée nationale le 12 janvier 2012 après modification.

De quoi s’agit-il ?

Afin de lutter contre l’usurpation et la falsification d’identité, le texte prévoit la mise en place d’un nouveau type de carte d’identité pouvant intégrer 2 types de puces électroniques.

Une première puce, obligatoire, contiendrait les données d’identité et les données biométriques :

  • nom, prénoms, sexe, date et lieu de naissance,
  • nom d’usage autorisé, en cas de demande de l’intéressé,
  • domicile,
  • taille et couleur des yeux,
  • empreintes digitales,
  • photographie.

Une seconde puce, facultative, serait destinée à faciliter l’usage de services en ligne avec notamment la mise en œuvre de la signature électronique dans le cadre des relations avec une entreprise privée aussi bien qu’avec une administration (démarches administratives, échanges bancaires ou transactions commerciales).

Pour permettre au dispositif de fonctionner et d’assurer l’authentification des données, une base centrale serait constituée, la base des « Titres électroniques sécurisés » (TES). La durée de conservation des données serait fixée par un décret en Conseil d’État.

L’Assemblée nationale a rétabli la possibilité de faire correspondre données biométriques et données biographiques, possibilité de croisement que les sénateurs avaient supprimée.

Proposition de loi relative à la protection de l’identité

(service-public.fr)

This entry was posted in Biométrie, Fichage and tagged , . Bookmark the permalink.

2 Responses to [Le biopouvoir qui vient]

  1. Miami SEO says:

    As we appeal to the very best Search Engine Optimisation for the clients, a DigitalPoint member. Everyone looking for severe Search Engine Optimization in Miami, contact us straight away. On-line marketing entails site design, status administration, alteration price optimization, marketing, social websites marketing and SEO. Let’s get going. Our organization encounter is in complex publishing, business law, patent procedure, and brand policy. But that’s not absolutely all we do.

    Visit us: Miami Marketing

  2. As we focus on the very best Search Engine Optimisation for the clients, a DigitalPoint member. Anybody seeking severe Search Engine Optimization in Miami, contact us right away. On-line marketing involves site layout, popularity supervision, transformation charge marketing, advertising, social networking marketing and SEO. Let’s get going. Our business knowledge is in complex publishing, corporate regulation, patent process, and trademark coverage. But that’s not all we do.

    Visit us: Miami SEO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.