[Fraudons tant qu’il le faut] La carte Vitale biométrique, une arme anti-fraude non consensuelle

La carte Vitale peut-elle devenir biométrique, pour lutter contre la fraude, à l’image des nouveaux passeports ? L’idée a été lancée jeudi par Nicolas Sarkozy, à la satisfaction des industriels des données sécurisées, mais elle pourrait se heurter à une forte opposition.

« Nous allons transformer la carte Vitale comme nous avons transformé le passeport et la carte d’identité avec le système biométrique », a déclaré le président sortant sur RMC et BFM-TV.

Le but est de pouvoir identifier avec certitude l’assuré social –par exemple par ses empreintes digitales — et de limiter l’utilisation abusive de cartes volées ou prêtées pour obtenir soins ou médicaments.

Le projet avait été débattu l’an dernier, au cours de consultations sur la fraude sociale menées pendant des mois par la Mission d’évaluation des comptes de la sécurité sociale (Mecss) de l’Assemblée nationale.

Mais les propositions du rapport de la Mecss, qui devaient être unanimes, n’ont fait état que d’une carte « sécurisée » et non biométrique car cette idée de l’UMP n’avait pas été acceptée par les députés de l’opposition au sein de la commission.

Actuellement il existe deux types de cartes Vitale: celles de première génération, sans photo, sont progressivement remplacées –en cas de perte notamment — par celles de deuxième génération, avec photo.

Dans le rapport de la Mecss, le rapporteur Dominique Tian, député UMP des Bouches-du-Rhône, note que « le déploiement de la nouvelle version de cette carte est insuffisant et le processus est lui-même peu sécurisé puisque l’envoi de la photographie se fait simplement par courrier ».

« Le seul mode de protection d’un système santé est l’infrastructure technologique: il faut que réseaux, cartes, systèmes soient conçus pour empêcher la fraude sans qu’il y ait besoin d’une intervention humaine », avait témoigné devant la Mecss Georges Liberman, pdg de Xiring, une société désormais filiale d’Ingenico.

La mise en place d’une carte biométrique n’aurait-elle pas un coût prohibitif vu l’importance du déficit de l’assurance maladie ? Selon M. Tian « le coût d’éléments biométriques dans une carte Vitale est marginal et ne représente que quelques dizaines de centimes », pour un coût total par carte de 3 euros, a-t-il dit à l’AFP.

En revanche, chaque terminal de lecture des cartes devant équiper les cabinets médicaux, pharmacies, hôpitaux et cliniques coûterait « plusieurs centaines d’euros », a ajouté M. Tian, en se référant aux renseignements obtenus pour la rédaction de son rapport.

L’installation peut toutefois être progressive et concerner d’abord par exemple les établissements de santé, qui délivrent les soins les plus coûteux pour l’assurance maladie, suggère M. Liberman, qui indique également que des capteurs d’empreintes peuvent toujours, dans un premier temps, être installés sur des terminaux existants de lecture des cartes.

En clair, un tel projet serait accueilli à bras ouverts par la filière française des données sécurisées, très bien placée sur le marché mondial.

« Ce serait un projet de stratégie industrielle », a indiqué M. Liberman à l’AFP.

Reste à savoir si le contrôle d’identité des assurés sociaux serait aussi bien accueilli par le personnel médical qui n’aime généralement pas se voir assigner ce genre de tâches, perçues comme « policières ».

« Culturellement, je ne vois pas les professions de santé utiliser ce mode d’identification », a déclaré à l’AFP le président du syndicats de médecins généralistes MG France Claude Leicher.

L’assurance maladie estime que la fraude à son encontre représente 1% de ses dépenses, soit environ 1,5 milliard d’euros. Mais la fraude qu’elle réussit à détecter est bien inférieure.

(AFP)

This entry was posted in Biométrie, Fichage and tagged , . Bookmark the permalink.

3 Responses to [Fraudons tant qu’il le faut] La carte Vitale biométrique, une arme anti-fraude non consensuelle

  1. As a DigitalPoint associate, we appeal to the most effective Search Engine Optimization for the clients. Anyone looking for serious Search Engine Optimization in Miami, contact us straight away. On line marketing involves reputation management, site design, transformation pace marketing, branding, social websites marketing and SEO. Let’s begin. Our organization knowledge is in complex publishing, corporate law, evident treatment, and hallmark policy. But that’s not all we do.

    Visit us: Miami Website Design

  2. Miami SEO says:

    As a DigitalPoint member, we focus on the top Search Engine Optimization for our clients. Anyone seeking serious Search Engine Optimisation in Miami, contact us immediately. Online marketing encompasses internet site style, name management, transformation fee marketing, advertising, social networking marketing and SEO. Let’s get going. Our organization experience is in patent method, technological writing, corporate law, and trademark plan. But that’s not all we do.

    Visit us: Miami Marketing

  3. Miami SEO says:

    As we appeal to the utmost effective Search Engine Optimization for our clients, a DigitalPoint participant. Anybody looking for significant Search Engine Optimisation in Miami, contact us immediately. Online marketing involves internet site style, status supervision, conversion fee optimization, branding, social networking marketing and SEO. Let us get going. Our company expertise is in evident process, specialized composing, corporate law, and brand coverage. But that is not totally all we do.

    Visit us: Miami Marketing

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.